Accueil > BTP > Vos droits > TRAVAUX PUBLICS : salaires et indemnités - Ouvriers et ETAM - PACA - (...)


TRAVAUX PUBLICS : salaires et indemnités - Ouvriers et ETAM - PACA - 2016

.................

Attention ces minimas ne sont plus valables en 2017, pour voir la nouvelle grille cliquez ici

.................

Ces minimas (base 35H) sont valables à compter du 01er janvier 2016, pour les ouvriers et ETAM des entreprises de travaux publics (IDCC 1702 et IDCC 2614) de la région PACA.

Pour les ETAM bénéficiant d’une convention de forfait en jours sur l’année, les valeurs prévues pour les niveaux F, G et H sont majorées de 15 %

Indemnité de trajet (forfait journalier en €) :

Zone 1 (0 à 10km) : 2,39
Zone 2 (10 à 20km) : 3,55
Zone 3 (20 à 30km) : 4,78
Zone 4 (30 à 40km) : 5,60
Zone 5 (40 à 50km) : 6,75

Indemnité de trajet :
L’indemnité de trajet a pour objet d’indemniser, sous une forme forfaitaire, la sujétion que représente pour l’ouvrier la nécessité de se rendre quotidiennement sur le chantier et d’en revenir. L’indemnité de trajet n’est pas due lorsque l’ouvrier est logé gratuitement par l’entreprise sur le chantier ou à proximité immédiate du chantier.

Indemnité de Transport (forfait journalier en €)

Zone 1 : 2,16
Zone 2 : 4,29
Zone 3 : 7,43
Zone 4 : 9,50
Zone 5 : 12,25

Indemnité de frais de transport :
L’indemnité de frais de transport a pour objet d’indemniser forfaitairement les frais de transport engagés quotidiennement par l’ouvrier pour se rendre sur le chantier avant le début de la journée de travail et pour en revenir à la fin de la journée de travail, quel que soit le moyen de transport utilisé. Cette indemnité étant un remboursement de frais, elle n’est pas due lorsque l’ouvrier n’engage pas de frais de transport, notamment lorsque l’entreprise assure gratuitement le transport des ouvriers ou rembourse les titres de transport.

Indemnité de repas (forfait journalier) : 10€95

A noter : L’ETAM non sédentaire des entreprises de travaux publics bénéficie, aux mêmes conditions, des indemnités de transport et de repas allouées aux ouvriers non sédentaires des entreprises de travaux publics, sauf accord d’entreprise prévoyant des modalités plus favorables. Pour plus d’informations sur les autres types de déplacements, voir dans la convention collective.

En savoir plus sur la rémunération annuelle

Extraits de l’article 4.1.2. de la Convention Collective : Rémunération annuelle.

La rémunération annuelle comprend tous les éléments bruts de rémunération acquis dans le cadre d’une année civile, y compris :

- les congés payés ;

- la prime de vacances versée aux conditions conventionnelles ;

- tous les éléments permanents du salaire.

En sont exclus les éléments suivants :

- les sommes versées au titre de l’intéressement des salariés, de la participation des salariés aux résultats de l’entreprise et de l’épargne salariale ;

- les sommes constituant des remboursements de frais (notamment indemnités de déplacement ..) ;

- la rémunération des heures supplémentaires ;

- les éventuelles régularisations effectuées au titre de l’année N-1 ;

- les majorations prévues par les avenants de spécialités pour travail de nuit, du dimanche, des jours fériés ainsi que les majorations pour heures supplémentaires prévues par la présente convention collective pour récupération des heures perdues pour intempéries ;

- les indemnités ou primes versées dans le cadre des avenants de spécialités en contrepartie de contraintes particulières de travail ;

- les primes et gratifications ayant un caractère aléatoire ou exceptionnel.

Les présentes dispositions ne font pas obstacle à celles plus favorables résultant d’accords d’entreprise (ou d’établissement) ou d’usages préexistants.

Il appartient à l’entreprise, en fin de chaque exercice civil, de vérifier que le montant total de la rémunération annuelle telle que définie ci-dessus est au moins égal au minimum annuel correspondant au niveau de classement du salarié.

Dans l’hypothèse où le salarié n’aurait pas perçu l’intégralité du minimum annuel, une régularisation sera effectuée au plus tard avant la fin du premier mois de l’année suivante.

L’entreprise s’engage à faire en sorte que ces éventuelles régularisations restent exceptionnelles.

En 2003, le salarié dont la rémunération est proche du minimum, puis les années suivantes, celui auquel une régularisation aurait été versée, pourra demander par écrit à l’entreprise, au terme du premier semestre, d’examiner sa situation au regard du minimum qui lui est applicable.

En cas d’entrée ou de départ en cours d’année, de changement de classement ainsi qu’en cas d’absence indemnisée ou non, l’appréciation du minimum annuel s’effectue pro rata temporis (1).

Le minimum annuel fait également l’objet d’un calcul pro rata temporis pour les ouvriers employés à temps partiel, en fonction de la durée du travail convenue.

(1) Les modalités actuelles de vérification du respect des minima mensuels sont étendues au cas des minima annuels : les périodes pendant lesquelles la rémunération est maintenue totalement ou partiellement par un tiers sont neutralisées pour effectuer la comparaison.



Dans la meme rubrique

Ouvriers & ETAM du bâtiment PACA : salaires et indemnités 2018
20 juin 2018 | par CNT-SO13
Ouvriers & ETAM du bâtiment : salaires minimaux et indemnités 2018, pour la région PACA, (...)
Ouvriers & ETAM du bâtiment PACA : salaires et indemnités 2017
15 mai 2017 | par CNT-SO13
Ouvriers & ETAM du bâtiment : salaires minimaux et indemnités 2017, pour la région PACA - (...)
TRAVAUX PUBLICS : salaires et indemnités - Ouvriers et ETAM - PACA - 2017
5 janvier 2017 | par CNT-SO13
Ces minimas (base 35H) sont valables à compter du 01er janvier 2017, pour les ouvriers et ETAM (...)
[BTP] Les congés intempéries, comment ça marche ?
31 mars 2016 | par CNT-SO13
En cas d’intempérie, le code du travail oblige les patrons à interrompre les chantiers exposés (...)
Salaires ouvriers et ETAM du bâtiment PACA 2016
25 janvier 2016 | par CNT-SO13
Pour voir la grille 2017, cliquez ici ................. Attention avec l’augmentation du SMIC (...)