Accueil > Nettoyage > Actualités - luttes > Hôtel Golden Tulip - Villa Massalia (Marseille 8°) : après les élections, la (...)


Hôtel Golden Tulip - Villa Massalia (Marseille 8°) : après les élections, la mobilisation !

De nouveau les salarié-e-s de la société STN, sous-traitant le nettoyage de l’hôtel Villa Massalia (Groupe Louvre Hôtel) sont en grève reconductible ce mercredi 23 mars 2016, pour dénoncer les dérives de la sous-traitance et revendiquer l’internalisation de leurs missions. Cette volonté s’est aussi traduite avec la présentation, avec succès, d’une liste commune aux élections professionnelles avec les salarié-e-s de l’hôtel représentés par la CGT HPE.

....

Depuis la création de leur section syndicale en 2014, les militantes de la CNT Solidarité Ouvrière ont pu faire progresser pied à pied les droits des salarié-e-s, ont gagné durement le respect de l’employeur en affrontant souvent la répression anti-syndicale.
Malgré ces progrès, nous constatons que les conditions de travail et les droits des salarié-e-s restent toujours la principale variable d’ajustement de l’employeur pour tirer le coût de la prestation vers le bas. Dans la sous-traitance, les patrons n’ont pas attendu la loi El Khomry pour s’attaquer à nos droits, le combat y est permanent !

Ce mercredi, les salarié-e-s seront donc majoritairement en grève pour porter les revendications suivantes : Arrêt de l’annualisation ; paiement des heures supplémentaires depuis octobre ; remise de tous les relevés de pointeuse comme la direction de STN s’y était engagé en septembre ; augmentation des qualifications dans la grille de salaire de la convention du nettoyage ; pause de 20 minutes quotidienne intégrée au temps de travail ; respect des 7 jours de prévenance pour la remise du planning hebdomadaire ; prime de panier comme pour les salarié-e-s de l’hôtel ; nouvelles tenues de travail en bon état ; internalisation des missions de la sous-traitance au sein de la société Louvre Hôtel.

Cette revendication d’internalisation et de reconstitution de la communauté de travail a pu être aussi portée lors des récentes élections professionnelles au sein de l’hôtel Villa Massalia, le 17 mars 2016.
La CNT Solidarité Ouvrière, représentant les salarié-e-s du sous-traitant STN a ainsi présenté des listes communes avec le syndicat CGT HPE, représentant les salarié-e-s de l’hôtel. Malgré les manœuvres de la direction ayant favorisé l’émergence d’une liste CFDT concurrente, cette initiative a été couronnée de succès. Nos listes ont obtenu, pour le CE, 88 voix contre 17 à la CFDT et 28 voix contre 7 à la CFDT pour les DP (collège employé). La section syndicale CNT Solidarité Ouvrière disposera désormais d’une Déléguée du Personnel titulaire et d’une suppléante, pour porter nos revendications collectives.

Dans les élections comme la mobilisation, le syndicat poursuit son travail de développement et l’avancée collective vers de meilleurs droits et conditions de travail !

Rassemblement le mercredi à partir de 08h30 devant l’hôtel Villa Massalia (Place Louis Bonnefon – Marseille 08°)

communique_stn_mars16


Dans la meme rubrique

Débrayage et manifestation dans la sous-traitance hôtelière, dimanche 18 janvier
18 janvier 2015 | par CNT-SO13
La section syndicale CNT - Solidarité Ouvrière du groupe Global Facility Services (ex- Française (...)
Projection du film "On a grèvé", de Denis Gheerbrant à Marseille et Port-de-Bouc
29 septembre 2014 | par CNT-SO13
En mars 2012, les femmes de chambre des hôtels Campanile et Première Classe du Pont-de-Suresnes, (...)
Mouvement des employé(e)s des hôtels de luxe à Marseille
15 septembre 2014 | par CNT-SO13
Mouvement des employé(e)s des hôtels de luxe à Marseille Les camarades et les soutiens se sont (...)
Rassemblement de soutien à Samir et à la section "Française de service" (nettoyage)
29 août 2014 | par CNT-SO13
Rassemblement Mercredi 10 septembre à 17H devant l’hôtel Intercontinental (1 Place Daviel, 13002) (...)
"Les mains dans le luxe" (CQFD Juin 2014)
22 juillet 2014 | par CNT-SO13
Le 7 mai 2014, une dizaine de femmes de chambre dénonçaient leurs conditions de travail devant (...)