Ministre, une fonction qui permet le mépris


CNT-SO Ecologie /30 octobre 2014   

Partager

Dans ce lien, vous trouverez un courrier envoyé à l’ancienne ministre de l’Ecologie, en septembre 2012, qui était Mme Batho. Il relatait de toutes les questions qui se posaient à cette date. Courrier envoyé avec accusé de réception.

Sans aucune réponse de la part de son cabinet, nous avons pris des contacts téléphoniques avec le secrétariat de Mme Morellet-Steigler pour savoir si nous pouvions espérer avoir une réponse. Trois fois en décembre 2012 et janvier 2013. En vain (par contre, nous connaissions par coeur le numéro de notre dossier : suivi qualité parfait).

Fin janvier 2013, nous faisions un deuxième courrier, car après déjà 5 mois de mépris, nous commencions à être impatients. Toujours rien.

Mme Batho a été remplacée par Mr Martin en juillet 2013. Nous renouvelions alors, dans un 3ème courrier, les questions et demandes de notre organisation syndicale. Toujours rien.

Avec ce gouvernement, c’est : le mépris tout de suite.

Le 27 septembre 2013, c’est Mme Lebranchu qui se déplaçait à la Préfecture de Seine-Maritime pour rencontrer des acteurs de la fonction publique. Nous nous y sommes rendus. Nous l’avons rencontrée et remis mano à mano un dossier complet reprenant toutes les questions posées dans le courrier initial, en insistant particulièrement sur 3 points plus propices à intéresser la ministre de la Fonction Publique qu’elle est toujours :
- "le dialogue social",
- l’arrêt des PPP,
- et surtout, l’arrêt de placer les vacataires de la fonction publique dans une détresse incroyable puisqu’ils sont toujours obligés de vivre au moins 2 mois sans revenu à la sortie de leurs contrats dans la fonction publique. Qui peut vivre 2 à ... 6 mois sans revenu, sans l’aide d’une tierce personne ? Qu’elle prenne enfin ce dossier de façon prioritaire afin de créer les procédures informatiques entre Pôle Emploi, les services ordonnateurs (souvent PSI des DREAL) pour que ce scandale s’arrête. Elle nous a juré qu’elle regarderait ce sujet, que soit-disant elle ne connaissait pas, avec intérêt. nous attendons encore un contact, une réponse ou même la prise de décision qui va en ce sens. En vain.

Les ministres passent, les agents restent, même s’ils sont de moins en moins nombreux, les problèmes demeurent et se multiplient.

Nous espérons que le cadre des élections qui nous permet de rendre public à large échelle ces faits, nous permettra enfin d’avoir des réponses de la part d’un gouvernement qui n’est ni loyal, ni respectueux de son interlocuteur. 2 ans de surdité : c’est l’absence d’une procédure qualité communication qui doit les empêcher de répondre, au cabinet du ministre EDDE !

La CNT-SO