CNT- Solidarité Ouvrière » Culture(s) » Aller voir "On a grèvé", le film de Denis Gheerbrant

Aller voir "On a grèvé", le film de Denis Gheerbrant


/20 septembre 2014   
Culture

Partager

En mars 2012, les femmes de chambre des hôtels Campanile et Première Classe du Pont-de-Suresnes, en banlieue parisienne, se mettent en grève pour exiger de meilleures conditions de travail, et notamment la fin du travail à la tâche, qui leur impose des horaires extensibles sans contreparties financières, horaires qui empêchent ces femmes de s’occuper correctement de leurs enfants et de mener une vie de famille à peu près normale.

A l’appel du syndicat CGT des Hôtels de prestige et économiques et du syndicat CNT du Nettoyage (qui devait quelques mois plus tard adhérer à la CNT Solidarité Ouvrière), c’est une grève de vingt-huit jours, finalement victorieuse, qui va se dérouler sous l’œil et la caméra de Denis Gheerbrant, célèbre réalisateur de films documentaires.
Le résultat est à la mesure de ce que fut cette grève : un véritable succès.

Car Denis Gheerbrant, qui a suivi le conflit du premier au dernier jour, a réussi le double pari de donner à voir fidèlement le quotidien d’un piquet de grève et de réaliser un très beau film documentaire.

C’est qu’il sait y faire, le bougre ! S’installer au milieu des grévistes, discuter avec elles, avec les syndicalistes de la CGT et de la CNT, écouter, plaisanter, partager le plat de riz à la sauce rouge, puis, de temps à autre, sortir la caméra et capter un moment de joie, de danse, une altercation avec des jaunes ou la tête à claques d’un cadre engoncé dans son costume.

Denis Gheerbrant a tourné tout seul, sans équipe, sans ingénieur du son, ce qui lui a permis de se fondre dans le groupe, d’en capter les énergies, les sourires, les complicités et même, parfois, les inévitables moments de lassitude lorsque la grève s’éternise, que les fonds déjà maigres s’épuisent et que la direction ne veut toujours pas négocier.

Les scènes de vie collective alternent avec des entretiens personnels, toujours réalisés au milieu du groupe, refusant ainsi une séparation artificielle qui aurait autant nui à la cohésion des grévistes qu’à la qualité de la parole. Ces femmes de chambre évoquent leurs enfants (souvent nombreux), le départ du pays (« pour l’aventure »), les difficultés du logement, les salaires de misère, le racisme, la déconsidération au quotidien, sans que jamais la barrière de l’intime ne soit franchie, sans que jamais le spectateur ne se trouve mis en position de voyeur. Bien au contraire, à l’instar du réalisateur lui-même, il est entraîné à partager le quotidien de ce piquet de grève, saisi par la beauté de ces femmes, de leurs visages en gros plan, de leurs gestes, de leurs danses, de leur pudeur aussi.
L’art du cinéaste nous enseigne qu’une lutte peut être victorieuse pour peu qu’elle soit bien préparée, bien organisée, et, plus encore, loin, bien loin de la désespérance individualiste, nous entraîne sur les chemins de la jubilation et de l’espoir collectif.


Séances :

- A l’Espace Saint-Michel, 7, place Saint-Michel :
TLJ sauf Lundi à 20h30 : 12h50, 14h10, 17h10 et (sauf Lundi) 20h30

Dimanche 21 septembre séance de 17h10 (" On a grevé ") suivie d’un débat avec le réalisateur Denis Gheerbrant et Odile Merckling (sociologue, auteur du livre "Femmes de l’immigration dans le travail précaire")
Mardi 23 septembre séance de 20h30 (" On a grevé ") suivie d’un débat avec des femmes de chambre grèvistes, Claude Lévy (CGT HPE) et Gabriele Pinna (sociologue du travail, enseignant Université Paris 13 - Villetaneuse, ancien salarié de l’hôtellerie de luxe.)

- Au cinéma La Clef, 34, rue Daubenton, métro Censier, le lundi à 14h35.

- Argenteuil, Cinéma Le Figuier Blanc / Cinéma Jean Gabin
- Arles, Cinéma Actes Sud
- Bédarieux, Ciné3
- Blois, Cinéma Les Lobis
- Carmaux, Clap Cinéma
- Clamecy, Cinéma Casino
- Cucuron, Cinéma Le Cigalon
- Fontenay-sous-Bois, Cinéma Le Kosmos
- Forcalquier, Cinéma Le Bourguet
- Gennevilliers, Cinéma Jean Vigo
- L’Isle-Jourdain, Cinéma L’Olympia
- Ivry-sur-Seine, Cinéma Le Luxy
- Marseille, Cinéma Alhambra
- Montpellier, Cinéma Diagonal
- Mulhouse, Cinéma Le Bel-Air
- Poitiers, TAP Castille
- Port-de-Bouc, Cinéma Le Méliès
- Saint-Denis, Cinéma L’Ecran
- Six-Fours-les-Plages, Cinéma Six n’Etoiles
- Strasbourg, Cinéma Star
- Thionville, Cinéma La Scala


Voir aussi les autres articles dans la rubrique : "Culture(s)"

• Fête du livre, le Samedi 27 septembre 2014
• Révolution, guerre et exil des républicains espagnols
• "Les mains dans le luxe" (CQFD Juin 2014)
• Retour sur la fête de la CNT-Solidarité Ouvrière 66
• CNT-Solidarité Ouvrière sur Radio Libertaire, le 5 mai 2014
• Projection du film, "Entrée du personnel", de Manuela Frésil, le 5 avril 2014
• Les 75 ans de la Retirada : Minuit dans le siècle en Espagne.
• Pete Seeger (1919 - 2014)
• Fête du livre des éditions Noir & Rouge - Samedi 9 Novembre 2013
• Paroles de murs
• Présentation du livre « Liberto Callejas. El anarquista inconmovible », le vendredi 29 mars 2013 à 18h30, au local de Solidaires 66


Il faut aller voir ce film tout de suite, avant que les lois du marché ne le balayent impitoyablement.


PS :

Article de Gil