Baisse des effectifs : pas de fatalité !


CNT-SO Ecologie /3 décembre 2014   

Partager

À une journée du vote, nous voulons rappeler que notre candidature est essentiellement destinée à celles et ceux qui pensent que les syndicats ne servent plus à rien (compromission, impuissance, cogestion ...). À l’heure actuelle, les résultats obtenus sont surtout liés à un manque de volonté de la part de ceux qui sont élus (et quelquefois payés en tant que permanents) pour préparer des actions efficaces, alors qu’ils en ont largement les moyens.

En 2011 déjà, lors de la mise en œuvre du plan PRH 2013, il était possible de lutter contre cette politique constante et accélérée de baisse des effectifs (et de destruction de certaines missions) : au niveau local, nous organisions le boycott de SALSA (qui depuis n’est plus rempli par les agents à la DIRNO), des invasions de commissions locales et mêmes régionales. Evidemment, ces actions se préparent et s’organisent à 30 - 40 persones au moins, et non pas à deux et doivent servir à montrer que ces politiques : ça suffit ! Elles sont très efficaces : le blocage d’un Comité Technique de DREAL (en tant que service de zone de gouvernance) oblige un directeur à un peu plus d’écoute. Encore faut-il que ces actions soient généralisées.

Le fait que cela se soit arrêté là, est dû uniquement au manque de relais au niveau national (nous étions à l’époque, début 2011, au sein d’une autre très grande centrale syndicale) : les permanents des confédérations ont bien d’autres stratégies et se foutent bien des actions de la base, nous pouvons largement illustrer nos affirmations.

Devant ce constat là et pour lutter contre les futurs plans de diminution des effectifs, qui sous le nouveau gouvernement, se sont encore accélérés, et qui vont encore plus s’accélérer avec le plan triennal 2015-2017, voir par exemple : http://www.cnt-so.org/Enorme-quand-les-comptes-rendus-de ,il n’y a pas de choix  : à nous, de nous organiser par nous même. N’attendez pas les appels : faites des liens, comptez-vous et gênez ces mensongères politiques réalistes. La dette, c’est celle des PPP, du coût du fonctionnement des hauts fonctionnaires, pas la nôtre. Nous ne sommes pas des super-héros oranges et ne percevons pas ces élections comme une guerre des étoiles fabriquées par des boîtes de communication (payées grâce à l’argent des adhérents ?). Nous avons juste la volonté de ne pas baisser les bras face aux multiples attaques effectuées contre la fonction publique ! Rien n’est irréalisable : imaginez dans les années 1930, les ouvriers se battaient pour obtenir des congés payés, pour être payés pour avoir des loisirs, oui ! Inconcevable à l’époque, totalement utopique. Ils les ont obtenus ! Pourquoi aujourd’hui serions-nous moins doués pour acquérir de nouveaux droits ? Posez-vous les questions sur le fonctionnement des structures syndicales actuelles ...

Sans préjuger du résultat de demain, il est possible qu’à l’issue de ce scrutin, cette fenêtre ouverte d’expression nous soit retirée si nous ne sommes pas représentatifs : continuez à regarder le lien qui continuera à être nourri http://www.cnt-so.org/-Ministere-de-l-amenagement-du- et faites passer le message qu’une autre alternative est possible.

Pour finir, malgré le nombre de relances effectuées depuis plusieurs mois et quotidiennes ces derniers jours, nous vous informons que le Ministère ne nous a pas donné les mêmes moyens qu’à nombre de syndicats également candidats au niveau national et non représentatifs (même à l’échelle locale, contrairement à nous). Nous considérons donc que nous sommes victimes de discrimination syndicale et prendrons les mesures qui s’imposent.

Stop aux réorganisations, aux fusions des corps qui n’ont qu’un but : supprimer des postes et diminuer la qualité du service rendu.

La CNT-SO dézingue le fatal !