CNT- Solidarité Ouvrière » Syndicalisme » Santé & social » Grâce à la mobilisation collective, la « crèche de l’œuf » restera ouverte à la (...)

Grâce à la mobilisation collective, la « crèche de l’œuf » restera ouverte à la Busserine (Marseille 14°) à la rentrée !


CNT-SO Marseille /20 juillet 2018   
Luttes

Partager

Les grévistes de la « crèche de l’œuf » à la Busserine ont mis fin, vendredi soir, à leur mouvement entamé jeudi 19/07, après une nouvelle réunion avec la direction d’Auteuil Petite Enfance.

La mobilisation collective des salarié-e-s, parents, habitant-e-s et structures associatives aura permis d’éviter une fermeture en catimini et un plan social informel ! En effet, les représentants de cette filiale de la fondation des Apprentis d’Auteuil se sont engagés pour le maintien des activités de la structure pendant un an, avant un possible déménagement dans un autre site, Bd Corot (Marseille 13°).

Cette victoire des revendications des grévistes avec la réouverture du site en septembre et le maintien des emplois menacés, est une première étape. Il conviendra d’abord de de rester vigilants sur la durée et ce délai doit permettre de travailler à un avenir pérennisé pour la structure comme pour le site de la crèche de l’œuf.
Nous rappelons que la crèche est née, il y a près de 40 ans, d’une initiative des habitant-e-s et structures associatives du quartier et qu’ils ne souhaitent toujours pas un abandon des activités sur ce site, marque d’un déclassement toujours plus marqué de ce territoire. Il appartient aux différents acteurs publics concernés, finançant déjà largement les activités actuelles, de travailler dès maintenant, à un projet d’avenir pour le site, avec et pour les habitant-e-s de la Busserine  !

Seule la lutte paie !

..............................

Revue de presse

- Brève de Marsactu du 19/07
- Article de France 3 du 19/07
- Podcast de RCF du 18/07
- La Provence, article du 10/07/18
- Reportage de France 3 du 10/07/18
- Marsactu, article du 10/07/18
- Marsactu, article du 10/07/18
- 20 mn, article du 10/07/18
- La Marseillaise, article du 09/07/18