CNT- Solidarité Ouvrière » Solidarités » Soutiens » Halte à la criminalisation du mouvement social !

Halte à la criminalisation du mouvement social !


CNT Solidarité Ouvrière /11 septembre 2014   
Solidarité

Partager

Communiqué  :


Suite à une plainte de la SNCF après le blocage de la gare de Metz pendant le mouvement anti-CPE en 2006, un syndicaliste a été condamné à 40 000 € de dommages et intérêts. Ce jour-là, plusieurs centaines de personnes prenaient part à cette action collective…

Plus que le chiffre, ce qui peut choquer, c’est que la SNCF veuille faire un exemple et afficher son mépris face aux revendications collectives des travailleurs et précaires ayant pris part au mouvement anti-CPE.

Mais cet exemple de répression n’est malheureusement pas isolé, comme pour les syndicalistes de Toyota, des Conti ou des Goodyear… L’État et le patronat tentent de criminaliser la contestation sociale qui s’oppose à la casse de nos droits et de nos conditions de travail ; cette même casse qui entraîne une dégradation de nos conditions de vie.

Nous nous opposons aux procès politiques qui se veulent être des "exemples". Face à cet acharnement, nous affirmons que le syndicalisme n’est pas un crime et que la SNCF doit retirer sa plainte !

CNT Solidarité Ouvrière