PPP : l’omerta continue.


CNT-SO Ecologie /14 mai 2014   

Partager

PPP (partenariat public-privé), tabou – suite.

1 - EMISSION INTERCEPTIONS DU 11 MAI 2014 (FRANCE-INTER)

Le dimanche 11 mai 2014, dans l’émission « Interceptions » sur France-Inter (de 9h18 à 10h), vous y retrouverez de nouveaux témoignages sur cette escroquerie légalisée, que M. Philippe Séguin, alors président de la cour des comptes, ne définissait que comme un « crédit revolving risqué ».

Vous y entendrez comment certains élus se gorgent de mépris ou de haine dès qu’ils entendent le mot PPP et que la journaliste, Pascale Pascariello, vraiment pas vindicative, leur demande des comptes : Mme Martine Aubry ne s’arrête même pas à propos des 9.5 millions d’euros que doit payer la mairie de Lille pour son nouveau « Stade Mauroy », M. Didier Borotra, ex-maire de Biarritz jusqu’en 2014, la vire dès qu’elle se montre pointilleuse, alors qu’il voulait juste faire de la pub de sa Cité de l’Océan et du Surf, l’un des PPP les plus ruineux pour une ville qui a déjà vendu une grande partie de son parc HLM a un privé pour rapatrier du fric dans ses caisses (cf aussi, http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/02/26/visiteurs-rares-addition-salee-a-biarritz-la-cite-de-l-ocean-fait-des-vagues_4373320_3246.html ).

Cité de L’océan (et du Surf) est une vague (????) de béton ruineuse, sauf pour Vinci pendant 30 ans ! Cf http://www.observatoiredessubventions.com/2013/biarritz-ocean-un-gachis-qui-coutera-des-dizaines-de-millions-deuros/

Vous y entendrez aussi comment M. Moscovici, ex-ministre des finances, botte en touche, pour ne pas répondre à la journaliste. Le comportement de tous ces élus prouvent à quel point il ne faut surtout pas fouiller dans leur magouilles. D’autres intervenants, vont, devant les premiers chiffres exposés par la journaliste, lui reprocher de ne voir les choses que sous l’aspect comptable. Un comble, de la part de ceux qui ferment des postes et détruisent le service public que sous cet aspect là !

Car la journaliste est venue avec un rapport de l’Inspection Générale des Finances (que Mr Moscovici ne semble pas connaître) de décembre 2012, qui précise que cette formule de passation des marchés coûte 25 % plus cher que les autres, (déjà, en 2012), alors qu’on est très loin d’avoir payé tous les loyers contractés sur 14, 20, 30, 55 ans. Que ce soit M. Bergère ou M. Moscovici, ils reprocheront à la journaliste d’utiliser un rapport non rendu public. Et pourquoi il n’est pas rendu public ?

2 - UN VRAI RESEAU LOBBYISTE QUI NE LAISSE RIEN AU HASARD AVEC LA COMPLICITE DES ELUS ET DES HAUTS FONCTIONNAIRES … DU MINISTERE DE L’ECOLOGIE ENTRE AUTRES ….

Mr Bergère, François. CV ? Ici : http://www.ecole-ppp.fr/page.asp?ref_arbo=2471&ref=2456&ref_page=7768
Depuis le 2 mai 2014, il est remplacé à la Direction de la MAPPP (mission d’appui PPP, bureau du Ministère des Finances, oui oui, pour aider les 3 fonctions publiques à élaborer ces marchés : des réussites, comme celui de la Cité de l’Océan à Biarritz, où le MAPPP a fortement influencé les décisions municipales), par l’ex-directeur des projets PPP au sein du MAPPP, Antoine Tardivo. On reste en « famille ». Mr Bergère, lui, a été recasé à la Cour des Comptes : ce sera plus facile pour étouffer les chiffres … car évidemment, ce haut-fonctionnaire continue de louer les PPP (http://www.lemoniteur.fr/165-commande-publique/article/actualite/23372752-en-2014-le-pipeline-des-ppp-devrait-etre-reduit-mais-plus-securise-et-mieux-hierarchise).

Mr Bergère se vante qu’en 2011, la FRANCE EST LE PAYS EUROPEEN QUI A LE PLUS RECOURS AUX PPP DANS LE MONTAGE DES MARCHES PUBLICS ! Il en est très fier, cet ardent défenseur … car bien que conseiller qui devrait être normalement impartial, on le retrouve très lié à tous les acteurs du Club PPP (club lobbyiste, fabriqué notamment par les 3 grands du BTP que sont Eiffage, Vinci et Bouygues qui n’ont à eux trois que 91 % des marchés PPP, rappel), et est un intervenant majeur au sein de l’Ecole PPP.

Il n’y a pas grande communication sur cette place de leader enfin enlevée au Royaume-Uni, pays pionnier des PPP, avant que Mr Sapin, actuel Ministre des Finances, commence à y recourir de façon déguisée dès 1993 (voir dernier message d’avril 12013 sur ce sujet) et que l’ordonnance Novelli de 2004 ne permette une généralisation implacable de cette escroquerie légalisée.

Escroquerie qui a un tel succès que s’ouvre même une ECOLE PPP, dès 2009 (au sein de l’Université Paris II). Les intervenants dans cette formation sont tous des personnalités désintéressées : la preuve : http://www.ecole-ppp.fr/page.asp?ref_arbo=2463&ref=2456&arbo=2471

Vous y trouverez au passage, un chef de projets PPP au sein de la compagnie MARSH, l’un des plus gros lobbyiste, qui assure les BTP (http://fr.wikipedia.org/wiki/Marsh_%26_McLennan_Companies).

N’hésitez pas à parcourir le site de l’Ecole PPP, voir ses promos (http://www.ecole-ppp.fr/page.asp?ref_arbo=2455), son programme, etc … Entre 2004 et 2011, c’était à la mode de faire de la pub, et toute personne se vantant de faire parti du « sérail PPP » était fière de construire la France, malgré l’austérité. Sur le net pullulait nombre de pubs déclinant qu’il n’y a pas meilleur processus pour continuer à réaménager le territoire.

Mais depuis que certains journalistes commencent à enquêter sur les pertes liées à ces marchés, depuis les catastrophiques projets de l’Hopital du Sud-Francilien à Corbeil-Essonne / Evry (ville de notre premier ministre actuel, rappel), du Stade du Mans, de l’Aéroport de notre-Dame-des-Landes, de l’Ecotaxe, de l’Université Paris VII (cf excellent texte de Solidaires http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=3042), ces acteurs se montrent nettement plus discrets. A l’image de « PPP alumni », site d’anciens élèves de l’école, qui a … disparu. Mais la toile garde ses traces : on y retrouve quand même, allez au hasard, un adjoint au chef du bureau de la politique immobilière du Ministère de la Culture et de la Communication, un directeur général de l’agglomération du Beauvaisis, un Directeur de la mission Grand Paris, VINCI Construction France, un Responsable d’arrondissement Etudes et Grands Travaux, VNF/DIR Nord-Est, … que des directeurs et hauts fonctionnaires. Faut dire que les 60h de cours coûtent 5000 € quand même. Payés par qui ?

N’hésitez pas non plus à aller faire un tour sur le Club PPP. Pour y voir ses partenaires (http://www.club-ppp.org/partenaires-club.html). Vous y trouverez de bonnes promo-interview (http://www.club-ppp.org/news/18/104/Il-n-y-a-rien-de-plus-clair-qu-un-PPP/d,itw.html), Rebsamen faire la couv de PPP mag et bien sûr Mr hollande lui-même faire l’article, bien sûr (http://www.club-ppp.org/uploads/images/journaux/n%C2%B022_CPPP.pdf). Ce club n’a pas de couleur évidemment, tout comme l’argent n’a pas d’odeur. Vous y trouverez également Hervé Mariton, mais aussi Jean-Claude Gayssot, ex-ministre de l’Equipement, et aussi, retenez ce nom, Marie-Hélène DES ESGAULX DE NOLET (sénatrice de la Gironde, maire de Gujan-Mestras, http://www.club-ppp.org/uploads/images/journaux/7._CPPP-_LRIPPP.pdf). Et coquiner lors de rencontres « petits déjeuners » avec Mrs Rocard, Mariani, Novelli … Bref du monde qui ouvre des portes. (http://lgvea.over-blog.com/article-l-endettement-cache-des-partenariats-public-prive-112291265.html).

Lors du dernier message, nous vous avions donné quelques chiffres de 2011. Ceux de 2012 et 2013 sont beaucoup plus difficiles à obtenir sur le net : l’opacité grandit ! Faut dire que les partenaires publics qui ont contracté ces marchés commencent à s’effrayer réellement des clauses léonines de ces contrats (clauses qui font que le groupement BTP+Banque+ex-boîte publique associée même si ce n’est pas son cœur de métier comme EDF, GDF, Orange, SNCF, Thalès, … récupérera toujours beaucoup de flouze même si le projet est interrompu). La preuve : les conséquences du retard de la mise en place de l’Ecotaxe a suscité une audition exceptionnelle le 21 janvier 2014 au Sénat. Pour interroger tous les acteurs de la fabrication de ce PPP : on y retrouve Bergère bien sûr, mais aussi, tiens tiens … M. Monteils Jean-François (ex SG de notre ministère, M. Cazottes, entre autres acteurs du plan PRH2013 qui a supprimé nombre de postes dans notre ministère, M. Lallemand … Vous lirez sur le lien suivant que la méchante parlementaire, présidente de cette Commission d’Enquête n’est autre que … Marie-Hélène Des Esgaulx De Nolet (http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20140120/ce_ecomouv.html). La famille, surtout rester en famille !!!

Ne rigolez pas, car il ne faut pas oublier que sans « Ecotaxe », dans le nouveau lexique du chantage, il n’est plus possible de financer les projets routiers nouveaux ou leur entretien. Et puis sans argent, faut fermer des postes, bien sûr … Petit rappel sur la gabegie de l’écotaxe, à la lumière de l’exemple slovaque : http://www.bastamag.net/Les-dessous-de-l-ecotaxe-quand

Voyez comment se fabrique le pillage du Service Public, aux frais des deniers publics. Ce montage va créer la pire dette que ce pays va connaître prochainement, et on nous vendra encore plus de « serrage de ceinture ». Ne croyez-pas que les conséquences de cette politique soient abstraites et lointaine. Même en DIRNO, obtenir un plan de recollement d’un CEI-PPP est impossible (chasse gardée).

Nous avons à faire à une véritable entreprise opaque d’enrichissement facile des grands groupes multinationaux sur le dos du Service Public (et sans concurrence, les petites entreprises ne pouvant apporter les garanties et supporter les retards de paiement potentiels à l’échelle de projets chiffrés en millions et milliard d’euros). « Mais c’est pour faire des Hopitaux, des Ecoles, des Stades, que des bonnes œuvres ! » Non, c’est pour dépecer la collectivité, et s’enrichir encore plus vite, en faisant encore plus de marges, qu’avec les autres systèmes de passation de marché. En endettant l’Etat, avec la connivence des élus et de hauts fonctionnaires, à un futur niveau inédit.

3 – LE MOT DE LA FIN

Le mot de la fin est celui de M. Bergère dans l’émission de France-Inter de ce 11 mai 2014 : réalisant que le terme PPP gagne une connotation de plus en plus négative au sein de l’opinion, ce triste sire propose de changer le terme PPP en, attention fallait y penser pour masquer un peu plus la réalité de l’arnaque, CONTRAT DE DEVELOPPEMENT DURABLE.

CQFD !!

La lutte contre ces escrocs ne se fera pas qu’en votant, mais bien en refusant de participer à leur montage. Tous, et à tous les niveaux. En réclamant, par l’action de rues (manifestations, grèves, etc …) la suppression de tous ces contrats !

La CNT-DIRNO