CNT- Solidarité Ouvrière » Solidarités » Participations » Salariées du nettoyage : la ministre interpellée

Salariées du nettoyage : la ministre interpellée


CNT Solidarité Ouvrière /9 mars 2013   
Droit - Nettoyage


Une remarque déplacée d’une juriste de TFN, entreprise de nettoyage, devant le Conseil de prud’hommes le 8 mars, « Journée de la femme » : c’est la goutte d’eau qui fait déborder le « ras-le-bol » du mépris et du non-respect subis par les travailleuses du secteur.

Belle occasion pour informer la ministre en charge du Droit des femmes sur leurs conditions de travail.


" Recommandé AR

A Paris, le 8 Mars 2013

Madame la Ministre,

Notre syndicat veut à l’occasion de cette journée du 8 mars attirer votre attention sur les conditions de travail des femmes dans le nettoyage.

Nous souhaitons porter plusieurs points à votre connaissance :

1- Tout d’abord, beaucoup de salariées travaillent à temps partiel et le plus souvent 65h par mois. Même quand elles sont titulaires d’un contrat à durée indéterminée, elles ne peuvent bénéficier des prestations maternité puisqu’elles ne remplissent pas la condition des 200 heures de travail salarié sur les trois mois précédents fixée par les articles L 313-1 et R 313-3 du Code de la sécurité sociale.

2- L’activité de ces salariées s’exerce le plus souvent le matin de 6h/6h30 à 9h/9h30 soit trois heures de travail et / ou le soir de 17h à 20h30/21h. Cette organisation du travail génère un temps de transport souvent disproportionné.
Ainsi par exemple une salariée à son retour de congés maternité et parental se voit imposer par la société TFN (plus de 32000 salariés dont 12000 en Ile de France) plus de quatre heures de transport par jour pour six heures de travail réparties en deux prestations. Elle est ainsi obligée de quitter son domicile à 4h45 du matin pour arriver à 6h. Finissant le soir à 19h30, elle ne peut être chez elle avant 20h30. Vous conviendrez avec moi qu’il s’agit de conditions inacceptables, notamment dans une entreprise dont la taille et le nombre de marchés de nettoyage lui permettraient sans aucun doute d’affecter cette salariée sur un poste davantage en accord avec ses responsabilités familiales.

Il ne s’agit là que de deux problèmes parmi ceux rencontrés fréquemment par les salariées de ce secteur d’activité.

Notre syndicat souhaite pouvoir rencontrer vos services pour vous exposer plus en détail la réalité des conditions de travail d’une grande majorité de nos collègues.

Recevez, Madame la Ministre, mes salutations syndicalistes.

Le syndicat "