CNT- Solidarité Ouvrière » International » Sur la deuxième rencontre du Réseau Syndical International de Solidarité et (...)

Sur la deuxième rencontre du Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes à Sao Paulo des 7, 8, 9 juin 2015


CNT Solidarité Ouvrière /13 juin 2015   
International - Syndicalisme - Solidarité


Bref retour su la deuxième rencontre du Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes des 7, 8 et 9 juin 2015, qui a eu lieu à Sao Paulo, Brésil.
La CNT-Solidarité Ouvrière était présente, ainsi que Solidaires, la CGT espagnole, la Confederación Intersindical espagnole, le STES espagnol, l’Union Générale des Travailleurs Sahraouis, le Sindacato Intercategorial Cobas italien, le Trades Union Congress d’Angleterre, le Palestinian Postal Service Workers Union, le Gida Sanayii Iscileri Sendikasi turc, l’Uniao Social dos Imigrantes Haitianos, des syndicats colombiens, argentins, péruviens, chiliens, paraguayens, vénézuéliens, mexicains, brésiliens...et la Central Sindical e Popular Conlutas qui nous accueillait. Quelques partis politiques étaient présents (surtout d’Amérique latine), mais seulement en tant qu’observateurs.

Nous avons passé deux jours et demi dans une ancienne propriété qui cultivait du café à l’époque de l’esclavage, lieu magnifique mais tristement chargé d’histoire, même si une plaque à l’entrée précisait "Esclave sois heureux, ici le maître est gentil"...
Le CSP-Conlutas a ouvert la séance par un hommage à Dirceu Travesso (1959-2014), militant décédé il y a peu et que la plupart des délégué/es connaissaient. Puis Solidaires a rappelé l’historique de ce Réseau, a fait son rapport d’activités et a expliqué la construction et l’utilisation du site du Réseau [1]. Puis on a revu le texte de la déclaration de cette rencontre brésilienne pour l’adopter définitivement. Ensuite ont suivi les interventions de différentes délégations.
On est ensuite passé aux textes qui avaient été proposés avant la rencontre :
- "L"égalité entre les femmes et les hommes : un enjeu syndical", "Non à la criminalisation des luttes",
- "Les migrations, l’emploi et le travail sous le système capitaliste",
- "Les capitalistes nous coûtent cher : autogestion ouvrière et sociale ".
Ces thèmes ont été discutés en ateliers. Le dernier jour on a pu se réunir par secteurs professionnels et faire ainsi le tour des conditions de travail dans de nombreux pays.

En résumé, rencontre très chaleureuse, émouvante parfois, qui a permis de réaffirmer notre détermination de solidarité et d’internationalisme.

La prochaine réunion devrait logiquement avoir lieu en Espagne.

La déléguée de la CNT-Solidarité Ouvrière





[1Site du Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes multilingue et autogéré : http://laboursolidarity.org/