Accueil > Education - Recherche > Actualités - luttes > Jeunesse non scolarisée, Jeunesse en danger !


Jeunesse non scolarisée, Jeunesse en danger !

Près de 200 jeunes se retrouvent actuellement sans scolarisation à Marseille, faute de place dans les dispositifs accueillant les élèves non-francophones. La loi française stipule que la scolarité est obligatoire jusqu’à 16 ans : la direction académique est hors la loi.

Tract jeunes non scolarises

Pour les plus de 16 ans, la situation est encore plus désastreuse : l’éducation nationale s’est totalement désinvestie.

Parmi eux, les mineur·es isolé·es sont livré·es à elles/eux-mêmes, sans avenir. Cette situation est intenable !

Nous demandons que la Direction académique apporte des réponses à la hauteur de ses missions. Une lettre lui a été envoyée en ce sens (voir le courrier en pdf). Une conférence de presse est en cours de préparation pour alerter l’opinion publique.

Courrier_dasen_recteur_21_mars_2018

..................................

RESF, CNT-SO EDUCATION 13, CGT EDUC, SUD éducation Bouches-du-Rhône, COLLECTIF FLE, EL MANBA SOUTIEN MIGRANT 13.

..................................

ÉCOLES POUR TOUS ! AVEC OU SANS PAPIERS !



Dans la meme rubrique

Education : dossier spécial rentrée avril 2021
24 avril | par CNT-SO13
Après une pause forcée, nous allons reprendre le chemin de nos établissements. Le contexte est (...)
COVID-19 : imposons la sécurisation du milieu scolaire !
22 avril | par CNT-SO13
A quelques jour de la rentrée dans les écoles, la seule certitude c’est que le ministère de (...)
Tribune "Défendons la maternelle !"
14 février | par CNT-SO13
La CNT-SO s’associe au collectif de syndicats de l’éducation, associations professionnelles ou (...)
Appel du collectif "des moyens pour l’inclusion scolaire" 13
8 février | par CNT-SO13
Syndicats de l’Éducation, fédérations et associations de parents d’élèves, associations sur le (...)
COVID-19 en milieu scolaire : agir pour ne plus subir !
6 février | par CNT-SO13
Pendant que Macron tente un coup de poker sur la gestion sanitaire, J.M Blanquer persiste et (...)